Les voyages d'Ibn Batouta

 

LES VOYAGES D’IBN BATOUTA

 

Récit d’Abou Abdallah Mohammed ben Abdallah ben Mohammed ben Ibrahim al-Leouati at-Tandji,

surnommé Ibn Batouta, et Chems ed-Din en Orient,

réuni par Mohammed ben Mohammed ben Djozay al-Kelbi,

sur l'ordre du calife Abou Inan Faris,

résumé, adapté et annoté par Yves Le Lannou

d’après le texte arabe traduit par MM. Defremery et Sanguinetti en 1858.

 

INTRODUCTION

 

Mohammed ben Abdallah at-Tandji, que nous connaissons sous son surnom d’ibn Batouta, est né en 1304 à Tanger, la grande ville du nord du Maroc, située sur le détroit de Gibraltar, au carrefour de l’Europe et de l’Afrique, de la Méditerranée et de l’Atlantique. A l’âge de vingt et un ans, il quitte son pays pour aller accomplir le pèlerinage à La Mecque comme tout bon musulman qui en a les moyens. Jusque là, rien d’exceptionnel. Ce qui est moins banal, c’est qu’il ne rentre chez lui que vingt-huit ans plus tard, en 1353, après avoir sillonné le Moyen-Orient arabe, turc et iranien, après avoir brièvement visité la « corne de l’Afrique » orientale, après avoir longuement séjourné en Inde et être allé jusqu‘en Chine. Après un premier retour au Maroc, il fait encore un voyage en Afrique noire, vers le fleuve Niger. Rentré définitivement dans son pays, il raconte ses voyages au scribe Mohammed al-Kelbi, un peu comme l’avait fait avant lui le marchand vénitien Marco Polo, une cinquantaine d’années auparavant. Son récit est moins connu que celui de l’Italien, qui est allé lui aussi jusqu’en Chine, mais constitue un témoignage à la fois important et captivant sur le monde musulman du XIVème siècle. Ibn Batouta meurt au Maroc en 1377.

Le texte arabe du récit d’Ibn Batouta accompagné de la traduction intégrale réalisée en 1858 par MM. Defremery et Sanguinetti, et enrichi de nombreuses notes explicatives par M. Monteil en 1968, représente quatre volumes (Editions Anthropos). La même traduction, seule mais avec les notes de M. Yerasimos, occupe trois volumes dans l’édition qui en a été faite, en 1982 (Editions François Maspéro, rééditée en 1997 par les Editions La Découverte & Syros). J’ai voulu rendre ce récit accessible à des lecteurs qui ne seraient pas nécessairement des spécialistes de l’histoire de l’Islam et qui voudraient en prendre connaissance aisément, sans pour autant le dénaturer. Pour cela j’ai raccourci, simplifié et adapté la traduction de 1858. Les dates du calendrier musulman sont suivies de leur correspondance dans le calendrier grégorien. Pour la transcription des noms propres et des termes arabes, j’ai suivi le plus souvent les graphies proposées par M. Thoraval dans son Dictionnaire de la civilisation musulmane (Larousse, édition de 2001). Cependant je parle du Prophète Mohammed, ce qui me semble plus réaliste que la version française traditionnelle de Mahomet. Je conserve la plupart des titres arabes ou turcs sans les traduire. Ils se comprennent aisément par leur contexte et je les ai expliqués à la fin de cet ouvrage.

C’est la curiosité personnelle du voyageur qui écarte Ibn Batouta du but premier but de son voyage. Il accomplit bel et bien le pèlerinage à La Mekke, et même à plusieurs reprises. Mais il cherche aussi à rencontrer les personnalités marquantes des régions qu’il traverse, des hommes politiques, des juristes, des religieux. Il visite les villes et les lieux auxquels sont liés des souvenirs et des traditions, le plus souvent d’origine religieuse, tirés du Coran et aussi très souvent de l’histoire biblique. Il est désireux de s’instruire et il lui arrive de suivre des cours auprès de maîtres réputés. Il est également curieux des ressources économiques des régions traversées qu’il note ponctuellement. Parti seul de Tanger, il est très vite choisi comme juge par ses compagnons de caravane, ce qui montre qu‘il est instruit. Par la suite, il voyage toujours entouré de compagnons, des religieux comme lui, et ils vivent de l’hospitalité pratiquée à l’égard des voyageurs dans tout le monde musulman de l’époque.

Bien qu’Ibn Batouta soit un religieux, il ne faut pas voir en lui une sorte de moine errant et mendiant comme il en existe dans le monde chrétien. Il n’a fait vœu ni de pauvreté, ni de chasteté. Il lui arrive d’être riche grâce aux cadeaux qu’il reçoit de la part des puissants et il aime cela. A plusieurs reprises il exerce de hautes fonctions officielles. C’est ainsi que nous le retrouvons juge en Inde, auprès du puissant sultan de Delhi, et aux îles Maldives. Ensuite, il ne vit pas en ermite. Il use sans retenue autre que celle de la loi musulmane des plaisirs de la vie. L’Islam lui permet d’avoir quatre épouses légitimes en même temps, plus des concubines, souvent esclaves. Il profite largement de ce droit et, comme le « divorce » est facile, il abandonne sur sa route, apparemment sans beaucoup d’états d‘âme, des épouses et des enfants. Il aime en particulier épouser des filles ou des sœurs de gens « bien placés » dans les pays qu’il visite.

Notre voyageur mélange parfois les dates quand il est passé plusieurs fois dans la même région. Il lui arrive aussi de rapporter de bonne foi des faits dont il n’a pas été le témoin direct et qui paraissent maintenant très bizarres. Pourtant les spécialistes estiment que ses souvenirs sont le plus souvent véridiques. Les exemples irréfutables de « vantardises » où Ibn Batouta affirme manifestement à tort avoir vu telle ou telle chose sont rares et peuvent eux-mêmes être intéressants, ainsi quand il raconte s’être approché des régions du grand nord où la nuit disparaît presque. Pendant ce temps, la France et l’Angleterre s’enfoncent dans la Guerre de Cent Ans. Mais Ibn Batouta ignore complètement ce qui se passe en Europe, sinon dans le sud de l‘Espagne où les Musulmans résistent à la Reconquista chrétienne et un peu dans l’Empire byzantin qui a encore un siècle à survivre avant d’être définitivement éliminé par les Turcs. Il est témoin de l‘arrivée de la peste qui ravage l’Europe à partir du XIVème siècle Europe. Mais, laissons le voyageur s’exprimer lui-même !

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site