1 - De Mer Noire en Perse

Marco Polo décrit les régions qu'il traverse

I - De la Mer Noire à la Perse



Le roi de Petite Arménie dépend du Grand Khan et réside à Kozan. Ses sujets sont des chrétiens hérétiques. La région est fertile est mais l'air est malsain et les nobles sont souvent ivrognes. Les épices et les tissus arrivent d'Iraq au port de Payas que fréquentent les marchands italiens. Ce royaume s'étend au sud jusqu'à la Terre Sainte tenue par les musulmans, au nord jusqu'au pays des Turcomans et au nord-est jusqu'au territoire tartare.

En Turcomanie, les musulmans nomadisent dans les montagnes avec leurs troupeaux et les chrétiens grecs et arméniens vivent dans les bourgs. On y fabrique de superbes tapis. Les principales villes sont Konya, Kayseri et Sivas où St Blaise fut martyrisé. Ces villes sont prospères. Tous sont sujets du roi tartare. Celui-ci ne s'intéresse pas à la religion de ses sujets tant qu'ils payent le tribut et restent en paix. Les Tartares reconnaissent d'ailleurs que le Christ est un dieu, mais un dieu orgueilleux qui ne veut pas aller avec les autres.

La Grande Arménie est très vaste. Elle commence à Erzincan, où l'on fabrique des tissus de coton et où des eaux chaudes forment des bains naturels. Les Arméniens sont sujets des Tartares. La plupart sont chrétiens hérétiques. Les autres grandes villes sont Erzurum, où il y a des mines d'argent, et Ercis. Les armées tartares y séjournent en été à cause des bons pâturages et partent en hiver à cause du froid et de la neige. Dans le village de Bayburt, il y a également des mines d'argent. Sur une montagne de la région se trouve l'Arche de Noé. On la voit de loin comme une tache sur la neige. Il y a de beaux pâturages sur les flancs de ces montagnes. En été, tous les troupeaux de moutons y sont conduits. Vers le sud et l'est on arrive au royaume de Mossoul.

Vers le nord, c'est le pays des Géorgiens il y a là une fontaine d'où sort une huile qui brûle et qui soigne la gale, l'urticaire et les ulcères. La Géorgie a pour roi David Mélik qui est sujet des Tartares. Autrefois, les rois de la régions naissaient avec le signe d'un aigle sur l'épaule droite. Les Géorgiens sont de beaux hommes, bons combattants et chrétiens à la mode grecque. Ils portent les cheveux courts. C'est cette région qu'Alexandre le Grand ne put traverser tant la route est difficile. Le pays produit de beaux tissus de soie et d'or qui sont très bon marché. On trouve aussi d'excellents éperviers. Les gens vivent du commerce et de l'agriculture. Le relief fait que la région n'a pu être complètement dominée par les Tartares.

Près du monastère St Léonard, il y a un lac dans lequel il n'y a aucun poisson, sauf pendant le carême. On est entre la Mer Noire et la Mer Caspienne qui est une mer fermée dans laquelle se jettent l'Euphrate, une des quatre rivières du Paradis, et le Tigre. Elle est entourée de montagnes et comporte plusieurs îles peuplées de gens qui ont fui les Tartares. Cette mer contient des esturgeons et des saumons. Les marchands génois y ont des bateaux depuis peu. Autour de Tiflis vivent des Arméniens et des Géorgiens chrétiens ainsi que des Juifs et des Musulmans. Ils sont tous sujets des Tartares.

Au sud-est de la Grande Arménie se trouve le royaume de Mossoul peuplé d'Arabes musulmans, mais aussi de chrétiens nestoriens et jacobites. Leur patriarche dirige tout un clergé et envoie des prédicateurs en inde et en Chine mais ce sont des hérétiques. C'est là qu'on fabrique ce drap de soie et d'or appelé mousseline. De là viennent aussi beaucoup de marchands qui font le commerce des épices et des tissus. Dans les montagnes vivent les Kurdes nestoriens ou musulmans. Ce sont des brigands. A Mus et Mardin pousse beaucoup de coton.

Baghdad est une très grande ville. C'est la Suse de la Bible. Plusieurs peuples y vivent, des païens, des Juifs et surtout des Musulmans. C'est là que résidait le chef des musulmans qu'on appelle le calife comme le pape vit à Rome. Il y a aussi des chrétiens hérétiques et quelques catholiques. On dit qu'un homme ne peut faire le tour de la ville en trois jours. Un grand fleuve la traverse qui va vers le sud et par lequel on rejoint la mer de l'Inde. Le commerce y est intense. Il y a dix-huit jours de navigation de Baghdad à la mer en passant par Bassora où l'on produit de très bonnes dattes. A Baghdad on fait des tissus de soie et d'or ornés d'animaux et les perles qu'on importe en Europe sont pour la plupart percées là. On y étudie toutes les sciences et la loi de Mahomet.

Le calife possédait un immense trésor. En 1255, Hulagu, seigneur des Tartares du Levant et frère de Kubilai Khan, s'empara de Baghdad. Il trouva une tour remplie d'or. Mais le calife était avare et n'avait su ni rassembler une armée suffisante ni s'attacher par des dons les chevaliers dont il disposait. Hulagu s'émerveilla devant tant de richesses et se moqua de l'homme qui, avec un tel trésor, n'avait pu se défendre. Il le fit enfermer avec son or et le laissa mourir de faim. Depuis lors, il n'y a plus de calife.

Tabriz est une ville entré l'Arménie et la Perse. Ses habitants sont soumis aux Tartares. On y fabrique des tissus d'or et de soie. Des marchands y viennent de très loin, même des Latins. On y fait le commerce des pierres précieuses et des perles. La ville est entourée de jardins et l'eau ne manque pas. On y trouve des chrétiens arméniens, nestoriens et jacobites, des Géorgiens, des Perses et des Musulmans qui rendent la vie difficile aux chrétiens. Dans les environs, il y a le monastère de St Balsamo. Les moines fabriquent des ceintures de laine efficaces contre les douleurs.

En 1275, le calife lut dans l'évangile qu'un chrétien pouvait déplacer des montagnes par la force de sa prière. Il réunit tous les chrétiens de ses Etats et leur donna dix jours pour faire bouger une montagne sous peine de mort. Ils furent effrayés et se mirent tous à prier. Au bout de huit jours, un évêque vit un ange qui lui désigna un savetier qui ne commettait jamais de pêchés. Il allait à la messe tous les jours et distribuait des aumônes. Il avait entendu dans l'évangile que si un œil conduisait au pêché, il fallait l'arracher. Cet homme simple avait pris cela au pied de la lettre. Un jour, une jeune femme était venue dans son échoppe. Cela lui avait inspiré des pensées impures et il s'était crevé un œil pour se punir.

Les chrétiens remercièrent dieu et firent venir le savetier. Celui-ci se fit un peu prier en disant qu'il n'était qu'un misérable pêcheur. Mais, finalement, il accepta de faire ce qu'on lui demandait. Au jour dit, tous les chrétiens se rendirent près de la montagne. Ils étaient plus de cent mille. Le calife était là. Le savetier fit une prière et la montagne bougea avec un grand tremblement de terre. Les musulmans reconnurent la supériorité du dieu des chrétiens. Le calife lui-même se fit chrétien, mais secrètement, par peur des autres musulmans. Si ceux-ci haïssent les chrétiens, c'est parce que leur prophète Mahomet leur a dit que ce n'est pas un pêché de s'attaquer à ceux qui ont une autre religion. A la fin de leur vie, s'ils affirment que Mahomet est le vrai messager de dieu, ils sont sauvés. C'est ainsi qu'ils amènent les Tartares et beaucoup d'autres à adopter leur religion.

La Perse est une grande province chargée d'histoire. C'est là que se trouve la ville de Saveh d'où partirent les Rois Mages qui vinrent adorer Jésus. On dit qu'ils y sont ensevelis dans trois sépultures voisines et leurs corps seraient intacts. L'un s'appelait Balthazar, le deuxième Gaspard et le troisième Melchior. A trois jours de là, se trouve le village des Adorateurs du Feu. Les gens de ce village racontent qu'autrefois trois rois de ce pays allèrent adorer un prophète né au pays des Juifs. Ils emportèrent comme présents de l'or, de l'encens et de la myrrhe en se disant que s'il prenait l'or, cela montrerait que c'était un roi terrestre, s'il prenait l'encens, c'était un dieu, et s'il prenait la myrrhe, c'était un médecin.

Un des rois était jeune, un autre était d'âge moyen et le troisième était vieux. Chacun eut l'impression que le prophète avait son âge. Quand ils le rencontrèrent tous trois ensemble, ils virent un tout jeune enfant servi par des anges. Alors ils l'adorèrent et lui offrirent leurs cadeaux. L'enfant prit les trois à la fois. Le prophète leur donna une cassette fermée en leur interdisant de l'ouvrir. Sur le chemin du retour, les Mages ouvrirent la cassette et y trouvèrent une pierre. Jésus l'avait mise là pour symboliser la fermeté de la foi des trois Mages mais ceux-ci crurent qu'il s'était moqué d'eux et jetèrent la pierre dans un puits.

Aussitôt un feu descendit du ciel vers ce puits et une grande flamme en jaillit. Voyant cela, les trois Mages se repentirent d'avoir jeté la pierre. Ils prirent de ce feu, en rapportèrent chez eux et le mirent dans leur église comme une chose venue du ciel. Tout cela est une légende mais il est vrai que ces gens entretiennent un feu qu'il adorent comme une chose divine. Si par malheur leur feu s'éteint, ils vont en chercher dans les bourgades qui ont la même foi et dont le feu a la même origine.

En Perse, il y a huit royaumes, Casvin, Curdistan, Lor, Cielstan, Ispaan, Cirac, Soncara et Tunocain. On y trouve d'excellents chevaux que l'on vend en Inde. Il y a aussi des ânes vendus plus cher que les chevaux parce qu'ils peuvent supporter de longues étapes dans les régions arides. On utilise aussi des chameaux mais ils sont moins rapides. En Inde, la chaleur est telle que les chevaux ne peuvent s'adapter. Les Persans mènent les chevaux jusqu'à la mer d'Inde et trouvent des marchands qui les leur achètent très cher.

Les Persans sont violents et, sans les Tartares, les marchands courraient un grand danger. Les villageois doivent fournir une escorte aux caravanes et sont payés pour cela. Pourtant, si les marchands ne font pas bonne garde, ils risquent fort de se faire voler et assassiner. Tous ces gens sont musulmans. Dans les villes, il y a des commerçants et des artisans. Il y a beaucoup de coton. Les produits agricoles abondent, en particulier le raisin dont on fait du vin. Les musulmans ne boivent pas de vin mais ils le font bouillir et peuvent ensuite le boire puisqu'ils ne le considèrent plus comme du vin.

Yazd est une grande ville où l'on fabrique des tissus de soie et d'or exportés partout en Orient. En sept étapes, on rejoint Kerman. En chemin, il y a peu d'endroits où loger mais le gibier abonde. Le royaume de Kerman avait autrefois un roi mais maintenant les Tartares y ont un gouverneur. On y produit des turquoises et du fer. On y fabrique tout l'équipement destiné aux cavaliers. Les dames de ce pays font broder par leurs servantes des coussins qui sont vendus à travers la province. On trouve aussi d'excellents faucons.

En sept étapes, on atteint une haute montagne. Du sommet, la descente dure deux jours. Des gens y font paître leurs troupeaux. En hiver, il fait très froid entre Kerman et cette montagne. Les habitants sont pacifiques. Au roi qui s'en étonnait, ses conseillers dirent que cela venait de la qualité de la terre. Alors le roi envoya chercher de la terre à Ispahan où la population est malveillante et, de fait, les gens mis en contact avec cette terre se montrèrent aussitôt agressifs.

Au pied de la montagne, il y a une grande plaine qui s'étend vers le sud. Il y fait chaud et on y produit des grains et des fruits exotiques comme les dattes, les citrons, les grenades et les pistaches. Il y a beaucoup de tourterelles, mais les musulmans ne les mangent pas. Les bœufs sont grands, ont le poil ras et sont blancs. Ils ont des cornes courtes et portent une bosse entre les épaules. Ils sont très forts et peuvent porter des charges très lourdes. Les moutons sont grands comme des ânes et ont une très grosse queue.

Les bourgs sont fortifiés pour se protéger des Caraunas qui savent plonger la région dans l'obscurité par leurs enchantements et volent tout ce qui est hors des villes. Les vieux sont tués et les jeunes sont vendus comme esclaves. Leur roi, Négodar, est allé un jour à la cour de son oncle Tchagatai, frère du Grand Khan. Il a débauché dix mille de ses hommes et est allé se tailler un royaume à Delhi, en Inde. Là, les soldats Tartares se sont mêlés aux femmes indiennes et ont donné naissance aux Caraunas. C'est en Inde également qu'ils ont appris la magie. Ces Caraunas menacent la plaine où les marchands qui commercent à Ormuz envoient leurs bêtes au repos. Ils font la guerre à tous les autres Tartares. J'ai moi-même failli être leur victime.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site